Je souhaite recevoir les nouvelles des Fraîches du Québec

Anecdotes de marchés publics

Par Isabelle Sauriol

Depuis quelques années, la tendance des marchés publics prend de l’ampleur. Bien souvent ouverts à l’année, on se plaît à déambuler dans les allées débordantes de fruits et légumes colorés et parfumés. On aime les tatouiller, les sentir, les choisir. On aime aussi jaser à la personne qui se tient de l’autre côté IMG_8659de son étal, fière de nous offrir le fruit de son dur labeur.

Au Marché public de Longueuil, le Potager Mont-Rouge propose ainsi quantité de produits locaux aux visiteurs. Fraises et framboises, bien entendu, mais aussi pommes, laitues, courges de toutes sortes, sauces, confitures, alouette…  Au Marché Jean-Talon de Montréal, vous croiserez probablement Robert Beauregard, l’un des propriétaires, entouré de multiples barils remplis à craquer des 50 variétés de belles tomates produites sur la ferme de Rougemont, dont la réputée Cœur de bœuf.

Employée à Longueuil toute la saison, Rose-Anne, nièce de Robert et de sa conjointe Marielle Farley, nous explique avec beaucoup de passion son « job d’été » qui semble n’avoir aucun secret pour elle. Les doigts rouges d’avoir manipulé les petits fruits, elle nous parle du plaisir de son quotidien, du précieux contact avec les gens, des fidèles clients, d’autres un peu plus exigeants et même de « Princesse », cette petite qui venait déjà au marché alors qu’elle était dans le ventre de sa mère. « Aujourd’hui à quatre ans, on a le plaisir de la voir grandir et choisir ses fraises du Québec avec sa maman! », nous dit-elle.

De leur côté, Daniel Racine et sa conjointe Annie Perrier, de la Ferme Racine Petits Fruits de Sainte-Anne-des-Plaines, sont également présents au Marché Jean-Talon et, depuis peu, au Marché Central de Montréal. La nuit, c’est une véritable fourmilière grouillante d’activité qui offre aux clients l’avantage d’un plus bas prix et de produits provenant de nombreux producteurs accessibles au même endroit. S’y approvisionnent les restaurateurs, distributeurs et autres, mais principalement les kiosques de marchés publics et les fruiteries. On y a même déjà vu Normand Laprise, du restaurant Toqué! De la grande visite!

Mais une nuit ça peut parfois être long. Qu’à cela ne tienne! Pour se tenir éveillé, on grignote, on mange des fraises ou encore un s’offre le luxe de fermer les yeux quelques minutes dans un petit coin.

Nathalie Tremblay travaille pour sa part depuis 13 ans au Marché Jean-Talon, notamment avec Diane Marinier, sa belle-maman qui s’affaire toMarché Jean-Talon Nathalie Tremblayut près, dans un autre kiosque. D’une complicité touchante, ces deux femmes travaillent sans relâche toute l’année pour offrir fraises, framboises, beurre ou sirop d’érable et quantité d’autres produits de saison aux nombreux amateurs de qualité et de fraîcheur de passage au marché. Des chefs réputés tels que Patrice Demers, Daniel Vézina et Stefano Faita, pour ne nommer qu’eux, trouvent leur compte auprès des kiosques de la famille Trottier (Éric et Serge & Diane). D’autres personnalités font aussi régulièrement leur apparition, dont la pétillante Anne Dorval ou encore les célèbres Francis Reddy et Boucar Diouf.

Au kiosque, Nathalie aime proposer aux clients de déguster des produits. C’est un bon incitatif à la découverte. On peut ainsi expérimenter l’extrait de canneberge… Des moues de surprise, elle en a vu!

On se plait aussi à identifier les variétés pour que les consommateurs apprennent à reconnaître leurs préférées et à les redemander. Car des habitués dans les marchés publics, il y en a! Ceux qui fidèlement se présentent tous les samedis matin à 8 h pour faire leurs provisions, ceux qui commandent immanquablement deux « crates » de fraises à chaque visite… Ce sont ceux-là qui s’adressent aux producteurs par leur nom, qui jasent avec eux et prennent de leurs nouvelles, qui les remercient pour leur travail et la qualité de leurs produits. Ceux qui justifient la présence des producteurs derrière leur table jour après jour, année après année.

Mais à force d’en cueillir, d’en voir et d’en vendre, nos producteurs sont-ils las de manger des fraises et des framboises? Jamais! Parce que comme dirait Nathalie, « une fraise c’est estival, c’est magique… une fraise ça rend heureux! » Voilà peut-être le secret du bonheur!

***Le weekend du 4 et 5 juillet, venez nous rencontrer à la Fête des fraises du Marché Jean-Talon (4 juillet) et du Marché Atwater (5 juillet) ***