Je souhaite recevoir les nouvelles des Fraîches du Québec

Des fruits et légumes toxiques vendus au Québec ? Non !

Au cours des dernières semaines, les fraises du Québec ont été mises sur la sellette par certains médias. À la suite de la diffusion de résultats partiels du Programme de surveillance de pesticides dans les fruits et légumes du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, on y apprenait en effet que des échantillons de fraises contenaient des résidus de pesticides. Mais y a-t-il lieu de s’inquiéter ?

La présence de traces…

D’entrée de jeu, le fait qu’un aliment contienne à l’occasion des traces de pesticides n’est pas une nouvelle en soi et ne le rend pas nocif pour autant, et cela, même si une personne en consomme de grandes quantités. Ce qu’il faut plutôt surveiller de près c’est la concentration des pesticides qu’on y retrouve et surtout, s’assurer que celle-ci ne dépasse pas les limites fixées par Santé Canada. Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que les limites fixées (limites maximales de résidus-LMR) sont au moins 100 fois inférieures à la norme acceptable pour la santé. On parle donc ici d’une marge de manœuvre plus que raisonnable, nous permettant de savourer nos fraises en abondance et en toute sécurité.

Un taux de conformité rassurant

Les données du Programme de surveillance de pesticides du MAPAQ, pour la période entre 2007 et 2016, nous apprennent que plus de 99 % des fraises québécoises analysées respectent les normes canadiennes qui sont établies par Santé Canada.   Sur les 211  échantillons de fraises du Québec analysés, un seul avait des teneurs supérieures aux LMR, sans toutefois représenter un danger pour la santé. Mentionnons aussi que les échantillons de fraises ne sont pas rincés avant d’être testés.

Des normes sécuritaires, basées sur la science

Les normes relatives aux aliments établies par Santé Canada sont basées sur des données et des preuves scientifiques.  L’Agence canadienne d’inspection des aliments, tout comme le MAPAQ, à travers leurs programmes de surveillance respectifs, veillent à ce qu’aucun aliment dont les quantités de résidus dépassent les seuils de protection de la santé humaine ne soit disponible.

Des producteurs conscientisés…

Du côté de la production, les agriculteurs prennent toutes les précautions nécessaires lorsque vient le temps d’utiliser les pesticides dans leurs champs (choix du produit le moins toxique, respect des quantités et des délais de sécurité, etc.).  D’ailleurs, les producteurs n’utilisent jamais de pesticides sans tout d’abord évaluer leur nécessité et leur impact.

… et en mode action

La réduction des risques liés à l’utilisation des pesticides est une priorité pour les producteurs de fraises et framboises au Québec. Actuellement, il n’existe peu de solutions efficaces pour lutter contre plusieurs ravageurs des cultures au Québec. Les producteurs, en collaboration avec les gouvernements, investissent en recherche appliquée pour développer les meilleures techniques de remplacement.

Actuellement, la production biologique québécoise de fraises et framboises comble seulement un faible pourcentage du marché québécois. Ce pourcentage augmente au rythme des avancées technologiques et des connaissances agronomiques.

En conclusion

Les fraises et les framboises du Québec sont des aliments sécuritaires, sains et nutritifs.  Les producteurs sont encadrés par un système de réglementation stricte. La présence de résidus de pesticides retracés sur des fraises du Québec ne devrait pas être interprétée comme un risque pour la santé.

Les experts en santé publique s’entendent d’ailleurs tous pour dire que les bienfaits nutritionnels de la consommation de fruits et de légumes sont nettement supérieurs aux dommages qu’on se causerait en s’en privant. Les spécialistes recommandent également de laver tous les fruits et légumes avant de les consommer, car cela élimine une grande partie des résidus de pesticides et contribue à la salubrité des aliments, peu importe la façon dont ils ont été produits. Il suffit donc de les rincer à l’eau froide et …de les déguster.